Dans la forêt des objets connectés, les constructeurs dégainent les uns après les autres leurs montres, de toutes formes, de toutes les couleurs, de toutes les tailles… Samsung a présenté il y a quelques mois sa toute dernière création : la Samsung Galaxy Gear S2, une montre connectée pas comme les autres.

La montre se décline en 2 séries, une série Sport comme celle que j’ai choisi et une série Classic. La série sport ne peut supporter que les bracelets officiels Samsung (vendus autour de 40e l’unité), tandis que la série Classic peut recevoir les bracelets achetés n’importe où dans n’importe quel magasin du moment qu’ils sont de la bonne largeur au niveau de l’attache.

 

1. Packaging

A l’image du package du Samsung Galaxy S6, celui de la Galaxy Gear S2 est vraiment haut de gamme. On sent bien à la vue de la boite que le constructeur coréen souhaite donner un coté un peu luxe à ses produits un peu à l’image de la marque à la pomme et c’est tant mieux !

Samsung Galaxy Gear S2 : le package est haut de gamme

Dans la petite boite circulaire on retrouve :

– la montre Samsung Galaxy Gear S2

– un bracelet court

– un chargeur secteur

– la station d’accueil de la montre

Samsung Galaxy Gear S2 : contenu de la boite

On appréciera que Samsung fournisse un bracelet long et un bracelet court pour permettre à n’importe quelle morphologie de porter cet accessoire sans avoir à débourser quelques euros supplémentaires.

 

2. Spécifications

La montre Samsung Gear S2 est un petit concentré de technologie.

Ecran cirvculaire sAMOLED 1.2″ (360 x 360 / 302ppi)

512Mo de RAM / 4Go de stockage (dont 50% utilisés par le système)

Etanche (certifiée IP68)

Connexions WiFi, Bluetooth 4.1 et NFC

Accéléromètre, gyroscope, Cardio-fréquencemètre, baromètre, lumière ambiante

 Ajoutez à cela la possibilité d’installer des applications depuis le store dédié et on a un véritable ordinateur de bord au poignet ! Bon, les spécifications sont une choses, voyons maintenant la qualité du produit.

 

3. Conception du produit

Contrairement au premier modèle de la Gear et à beaucoup de modèles développés par la concurrence, la Samsung Galaxy Gear S2 est ronde, un design que j’apprécie tout particulièrement. La montre a plutôt un look de montre sportive, bien loin d’un aspect plastique, bas de gamme ou prototype.

Samsung Galaxy Gear S2 : un look sobre et sportif

La montre ne dispose que de 2 boutons de commande et la navigation s’effectue soit grâce à l’écran tactile, soit en faisant tourner l’anneau entourant le cadran. Cet anneau est vraiment une très bonne idée du constructeur car c’est intuitif, rapide et précis avec ses crans.

Le capteur cardiaque est situé sou la montre et prend votre pouls de temps en temps dans la journée sans que vous n’ayez rien à faire.

Samsung Galaxy Gear S2 : le capteur cardiaque

Dans l’ensemble, les matériaux utilisé pour la fabrication de la montre sont d’excellente qualité, y compris le bracelet en caoutchouc qui n’a pas bougé d’un poil après quelques mois d’utilisations (utilisation au travail, à la maison, sous la douche, pendant le sport…). Vraiment un excellent point car pour avoir testé plusieurs bracelets connectés, je dois dire que c’est souvent le bracelet qui pèche…

La montre se recharge grâce à un socle sur lequel la Gear S2 vient se poser. Pas de clip, pas de prise particulière, le chargement se fait sans contact.

Samsung Galaxy Gear S2 : charge sans contact

 

4. Utilisation

A l’utilisation cette montre connectée est vraiment ultra agréable. La navigation dans les différents menus grâce à la molette est très intuitif et les 2 boutons suffisent pour effectuer toutes les actions possibles, même si l’on peut largement s’en passer les 3/4 quarts du temps grâce à l’écran tactile.

En quelques tours de molette on accède rapidement à nos notifications ou nos applications telles que la météo, l’agenda ou encore l’application de contrôle de la musique et la prise en main est vraiment très simple et rapide !

Samsung Galaxy Gear S2 : des applications accessibles en un clin d'oeil

L’application Gear sur le smartphone permet de configurer les principaux paramètres de la montre comme bon nous semble. Il est ainsi possible de gérer quelles notifications on souhaite recevoir, le design du cadran, l’ordre des différents écrans, etc.

Samsung Galaxy Gear S2 : une application pour les controler toutes

Je l’ai testé lors de mes séances de course et bien que le résultat soit assez fiable, la Gear S2 ne remplace pourtant pas une montre vraiment orientée sport comme la Suunto Ambit 2 par exemple, mais c’est tout à fait normal. Elle n’est pas conçue pour ça à la base et elle conviendra parfaitement aux adeptes du footing dominical.

L’autonomie est plus que correcte puisque j’arrive à tenir 48h sans recharger la batterie et en optimisant les différentes notifications que je reçois dessus, ce qui est plutot honorable pour un produit de ce type. En revanche, le store est à l’heure actuelle beaucoup trop vide d’applications intéressantes et j’espère que dans les semaines à venir l’offre logicielle va s’étoffer.

 

5. Conclusion

Proposé à un tarif de 350e sur Amazon, cette Samsung Galaxy Gear S2 fait partie des modèles les plus abordables du marché, la qualité de sa conception et le caractère intuitif de son utilisation lui conférant un excellent rapport qualité/prix. En revanche, à l’heure actuelle le store est vraiment vide si l’on retire les différents cadrans personnalisés réalisé par Samsung et d’autres développeurs. J’espère vraiment voir débarquer plus d’applications dans les mois qui viennent même si celles déjà présentent nativement dans la montre suffisent la majeur partie du temps.

Sponsornot : Gratuit

Read More

J’ai pu tester il y a quelques jours le casque de réalité virtuelle créé par Samsung : le Galaxy Gear VR et voici mon avis sur ce produit.

A la course à la réalité virtuelle, chaque gros constructeur y va de son casque. Que ce soit Sony avec son Project Morpheus, Microsoft et son Hololens plus orienté réalité augmentée ou encore Google et son projet avorté de Google Glass, tous les constructeurs ont voulu s’engouffrer dans la brèche du virtuel. Samsung a donc développé sur une base d’Oculus son propre casque de réalité virtuelle : le Galaxy Gear VR.

Samsung Galaxy Gear VR

Le principe est toutefois légèrement différent des casques concurrents puisque Samsung a décidé de s’appuyer sur ce qu’il fait de mieux : ses smartphones. Et en l’occurrence sur son tout dernier flagship, le Samsung Galaxy S6 et Galaxy S6 Edge.

Samsung Galaxy S6 Gear VR

L’écran du smartphone sert d’écran au casque profitant ainsi de la résolution Quad HD du Galaxy S6 pour offrir une qualité d’image assez remarquable. Pour le mettre en route, il suffit d’insérer le téléphone directement dans le casque qui va alors démarrer l’application Oculus VR automatiquement.

Un pavé tactile situé sur la droite du casque permet de sélectionner les applications que l’on souhaite démarrer ou la possibilité d’en télécharger d’autres directement sur Internet. Vous avez l’embarras du choix, que ce soit au niveau jeux, démos techniques ou encore applications vidéo.

Samsung Galaxy Gear VR

J’ai pu tester les fonds sous marins dans lesquels vous endossez le role d’un plongeur qui verra passer toutes sortes de créatures aquatiques.

J’ai également essayé un jeu de tir où il faut viser avec le casque et tirer avec le pavé tactile. C’est rapide, précis et très très addictif !

Dans le même ordre d’idée, il y avait un jeu de combat spatial jouable en réseau entre tous les casques de la pièce. Assez sympa mais vite fatigant dû au fait qu’il faille bouger la tête dans tous les sens et en permanence !

Enfin, il y avait une application qui simulait une salle de cinéma et on avait vraiment l’impression d’y être ! Il suffisait de tourner la tête pour voir les sièges de chaque coté comme dans une vraie salle de cinéma. La cerise sur le gâteau est que l’on pouvait diffuser n’importe quel fichier vidéo, pratique pour se faire une séance à la carte !

Samsung Galaxy Gear VR

Au final, l’expérience m’a plutôt réconcilié avec la réalité virtuelle car l’Oculus de première génération et le prototype du Project Morpheus m’avaient laissé sur ma faim en raison d’une qualité plutôt moyenne… Le seul hic pour ma part avec le Galaxy Gear VR est l’obligation de posséder un smartphone de la marque Samsung, qui plus est un Galaxy S6 ou S6 Edge qui restent des smartphones assez onéreux.

Sponsornot : Gratuit

Read More

J’ai eu la chance d’être convié par Samsung à la soirée de présentation qui se déroulait au Samsung Store de Madeleine pour y découvrir leur nouvelle tablette : la Galaxy Tab S !

Après avoir posé mes mains dessus, j’ai été surpris par l’épaisseur de la Galaxy Tab S : elle est très fine avec ses 7mm d’épaisseur ! Son poids est également intéressant puisque qu’elle se site en dessous des 470g. Deux points importants pour ceux qui s’en servent souvent en déplacement et donc la trimballe partout avec eux. Coté design, on reste dans le classique Samsung avec le même plastique que celui employé pour le Galaxy S5, agréable au touché.

Samsung Galaxy Tab S

La prise de chargement, la prise casque et le port Micro-SD ont été déplacés. Auparavant, comme sur la Galaxy Note 10.1 par exemple, le port pour le câble de chargement était en bas de la tablette tandis que la prise casque et le port micro-sd se situaient en haut. Sur la Galaxy Tab S ils ont tous été déplacés sur les cotés ce qui facilite grandement l’utilisation de la tablette même si les câbles sont connectés. Je pense que Samsung a dû tenir compte des retours utilisateurs sur les modèles précédents pour rectifier le tir.

Alors que nous avons le choix entre un modèle 16Go ou un modèle 32Go, le port micro-sd supporte quant à lui des cartes mémoire d’une capacité maximale de 128Go, procurant ainsi à la tablette un espace de stockage maximal conséquent pour tout ceux qui voudraient faire des provisions de contenus multimédia avant de partir en vacances.

L’écran de 10.5 pouces affiche une résolution 2K (2560*1600 pixels) et le choix de l’AMOLED en met plein la vue. Les couleurs sont magnifiques, les contrastes impressionnants et l’image très détaillée, bref on sent que Samsung a mis le paquet sur cet écran et il a eu raison : le résultat est là !

L’OS embarqué est bien sûr Android KitKat 4.4 avec la surcouche Samsung, l’interface est calquée sur celle du Galaxy S5 sûrement dans un souci d’uniformisation de l’interface de l’ensemble des périphériques de la marque. Grosse nouveauté à souligner : la possibilité d’acquérir un clavier spécialement conçu pour la Galaxy Tab S (Samsung se serait il inspiré de Microsoft ^^ ?)

Samsung Galaxy Tab S

Côté fonctionnalités, on retrouvera un appareil photo 8 MP, Wifi, Bluetooth, 3G/4G (suivant le modèle), capteur d’empreinte… Rien de bien nouveau de ce côté ci donc.

La tablette est déclinée en 2 tailles : 10.5 pouces et 8.4 pouces et est disponible dès à présent avec un prix autour de 400€ pour le modèle 8.4 et 500€ pour le modèle 10.5.

On sent bien que Samsung a voulu frapper très fort avec cette tablette qui est clairement pensée pour attaquer Apple et Microsoft sur leur propre terrain avec des finitions au top, un écran d’une qualité remarquable, un poids plume et la possibilité de connecter un clavier directement sur la Galaxy Tab S. Si je n’avais pas déjà une Galaxy Note 10.1, il y a fort à parier que je me serais laissé tenter…

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à vous rendre sur le site officiel !

Sponsornot : Gratuit

Read More

Après avoir testé le dock Samsung et la coque de protection Spigen dédiés au smartphone Samsung Galaxy Note 3, je m’attaque aujourd’hui au test de la protection d’écran SPIGEN GLAS.t Premium, un accessoire indispensable pour tout possesseur d’un smartphone un peu onéreux.

Galaxy Note 3 Spigen Screen Protector GLAS.t

La coque de protection est livrée dans une boite type boite de dvd. Elle comprend les éléments suivants :

– le film de protection

– une lingette à l’éthanol

– un chiffon microfibre

– une spatule en plastique

– un autocollant décliné en 3 couleurs

– le certificat d’authenticité

Le packaging est haut de gamme comme à l’habitude de la marque Spigen qui a le don de soigner non seulement ses produits, mais également l’emballage qui les accompagne.

La notice est déclinée en plusieurs langues dont le français ce qui permet tout de suite de savoir quelle est la marche à suivre pour positionner correctement le film de protection sur l’écran.

Le film de protection est assez épais, rigide et sa surface semble très résistante.

Une fois appliqué, le film couvre parfaitement l’intégralité de l’écran, lui offrant ainsi une excellente protection. Bien qu’ayant suivi le mode d’emploi à la lettre, quelques poussières se sont incrustées au moment d’apposer la protection et ont formé 3 petites bulles, guère gênantes à l’utilisation. Malgré l’épaisseur de la protection, le tactile de l’écran répond bien et je n’ai rencontré aucune gène lors de l’utilisation.

Sa surface est traitée pour être oléophobique, facilitant ainsi son nettoyage et diminuant également sa vitesse de salissure. D’autre part, couplée avec la coque de protection Spigen dédiée au Samsung Galaxy Note 3, cette protection d’écran protégera intégralement votre smartphone.

 Galaxy Note 3 protégé avec la coque et la protection d'écran Spigen

Au niveau du prix, il faut tout de même compter une trentaine d’euros pour s’offrir une telle protection. Cher me direz vous ? Attendez que j’ai fini avant de vous faire une idée… Il y a 2 semaines, mal réveillé un matin, mon Galaxy Note 3 m’échappe des mains et tombe coté écran sur le coin de ma table basse.

Bilan de la chute : la protection d’écran a encaissé le choc a la place de l’écran et c’est elle qui s’est fissurée sous l’impact. Le téléphone lui est intact et je n’ose pas imaginer le prix qu’il aurait fallu que je débourse pour procéder au changement de l’écran…

Galaxy Note 3 : protection Spigen explosée 

Moralité : j’en ai commandé une toute neuve dans la foulée, même à 30€, la qualité de cette protection d’écran pour le Samsung Galaxy Note 3 est tout simplement incomparable.

Sponsornot : Gratuit

Read More

J’ai reçu il y a quelques semaines maintenant mon Samsung Galaxy Note 3, l’occasion pour moi de tester quelques accessoires qui sont dédiés à ce smartphone. J’ai déjà testé il y a quelques temps une coque Spigen, je m’attaque cette fois-ci au test de quelques accessoires qui sont dédiés à ce smartphone en commençant par : le dock officiel Samsung.

Dock Samsung Galaxy Note 3

Le package est relativement simple :

– un dock

– un câble d’alimentation

– un bloc d’alimentation

 

Dock Samsung Galaxy Note 3

En moins d’une minute, le dock est en place sur le bureau prêt à accueillir le Galaxy Note 3. Compact, il n’occupe qu’une faible surface de 8 par 8 cm et reste bien loin de l’encombrement du dock Docki. Hélas, j’ai rencontré un petit problème. En effet, comme je l’ai indiqué au début de cet article, j’ai en ma possession une coque Spigen qui malheureusement ne permet pas au smartphone de s’enclencher correctement sur le dock et l’empêchant ainsi de charger la batterie. L’épaisseur de la coque est trop importante et le connecteur ne s’enfonce pas jusqu’au bout, empêchant ainsi le contact permettant la charge de la batterie.

Pour y remédier, je dois, à chaque fois que je souhaite recharger mon Galaxy Note 3, lui retirer sa coque pour pouvoir le poser comme il faut sur le dock. N’ayant pas à ma disposition de coque officielle Samsung, je n’ai pas pu en réaliser le test mais je suppose qu’elles sont prévues pour s’adapter parfaitement au dock.

Lorsque le smartphone est sur sa base, il affiche en permanence l’heure, la date, l’emplacement et la météo. Le dock est également doté d’une prise jack 3.5 mm qui permet de brancher une chaîne hifi, un casque ou encore des enceintes de bureau.

Vendu une quarantaine d’euros, la finition et la simplicité d’utilisation en font un accessoire avec un bon rapport qualité prix bien qu’il faille être vigilant sur la coque de protection associée, toutes n’étant pas compatibles.

Rendez vous prochainement pour le test d’un second accessoire.

Sponsornot : Gratuit

Fin janvier, j’ai eu la chance d’être sélectionné par Samsung pour rejoindre le programme SamsungReporter. Pour me permettre de mener à bien ma mission en tant que Samsung Reporter, Samsung m’a équipé d’un smartphone dernière génération : le Galaxy Note 3.

J’en entends déjà faire référence au reportage qui est passé récemment dans Capital et je les invite à laisser un commentaire, je me ferais un plaisir de leur répondre (si la question reste pertinente, constructive et correcte bien évidemment).

Comparé à mon Galaxy S3, on voit nettement la différence au niveau de la taille, 5.7 pouces c’est même presque trop grand ! En revanche, malgré sa taille plus imposante, son poids n’est que de 30g supérieur à celui du S3 mais cela ne se ressent pas tellement une fois en main, c’est grâce à cette conception plastique qu’il peut conserver un poids raisonnable. Le dos du Galaxy Note 3 est une imitation cuir assez réussie visuellement.

La Samsung Galaxy Note 3 est livré en version 32Go de base. En effet, pour ce modèle il n’y a pas 36 capacités différentes, seulement une version 32Go, déclinée en 3 couleurs : Noir, Rose et Blanc. Fort heureusement, bien que n’ayant pas eu le choix de la couleur, j’ai eu la chance d’être doté de la version blanche (celle que j’aurai choisi) ! 

 Samsung Galaxy Note 3 White

Sous le capot, on trouve les spécifications suivantes :

Processeur : Snapdragon 800 Quad-Core 2.3 GHz
Mémoire vive : 3 Go
Stockage/mémoire interne : 32 Go
Mémoire extensible : Prise en charge des cartes micro-SDHC/SDXC jusqu’à 64 Go
Ecran Super AMOLED tactile Full HD (1080×1920 pixels) 5.7″ 
APN : 13 MP avec auto focus, flash LED, caméra frontale 2 MP
Réseaux mobiles : 4G LTE/3G+/2G
Connectivité : NFC, DLNA, Bluetooth 4.0, GPS, Wi-Fi 802.11 a/b/g/n/acmicro-USB 3.0, jack 3.5mm, MHL 2.0
Batterie : 3200 mAh

Le système de base est toujours Android, une version Jelly Bean 4.3 avec la surcouche TouchWizz Samsung, tant détestée par de nombreuses personnes. Cette version du système d’exploitation a été récemment remplacée par Android Kit Kat 4.4 lors qu’une mise à jour. Pas vraiment dépaysé donc par rapport à mon ancien smartphone donc et la prise en main est donc très rapide. En quelques minutes, la configuration du Galaxy Note 3 est faite et les applications indispensables réinstallées, on va pouvoir commencer à voir ce qu’il a dans le ventre.

L’interface, bien qu’équipée de la surcouche Touch Wizz, est réactive et fluide. L’écran est très lumineux et d’une excellente qualité ce qui donne un confort d’utilisation optimal notamment lors de la navigation web, la lecture de fichiers multimédias ou bien les jeux.  si l’on ne pense pas à activer le mode économie d’énergie ou à baisser la luminosité de l’écran, on se retrouvera vite à cours de batterie. A propos de l’autonomie, il faut compter sur une journée complète en utilisation intensive (Twitter, navigation web, jeu, wifi…) avec l’option économie d’énergie activée, c’est donc tout à fait honorable pour un smartphone avec un écran de cette taille. Avec une utilisation modérée, il est possible de d’augmenter significativement l’autonomie du Galaxy Note 3 pour la pousser à 36 voir 48h maximum.

Samsung Galaxy Note 3 Autonomie

Un des gros plus du Galaxy Note 3 par rapport aux autres smartphones, c’est l’intégration du stylet. Précis, il permet de prendre rapidement des notes ou de remplacer notre doigt lors de l’utilisation du tactile du téléphone. Certaines applications exclusives au Galaxy Note 3 car dépendantes du stylet sont directement intégrées comme Scrapbook qui permet de récupérer des morceaux d’écrans (screenshots) grâce au stylet et d’y apposer des notes manuscrites :

Samsung Galaxy Note 3 Scrapbook

Autre application intéressante, Ecriture sur écran permet d’apposer des notes directement sur l’écran courant, de rogner pour ne conserver que ce que l’on souhaite pour ensuite l’envoyer par mail, mms ou sur les différents réseaux sociaux :

 Samsung Galaxy Note 3 Ecriture sur écran

Pour ceux qui seraient soucieux de leur ligne, l’application SHealth, que l’on retrouve également sur le Galaxy S4, sera leur compagnon d’exercice, comptera chacun de leurs pas et leur indiquera leur progression vers l’objectif qu’ils se sont fixé :

Samsung Galaxy Note 3 SHealth

Malheureusement, cette application ne gère (pas encore) les programmes d’entrainement poussés ou la fréquence cardiaque, poussant les plus sportifs à lui préférer un matériel plus adapté comme une montre Suunto Ambit 2 par exemple.

Puisqu’on parle capacité, les 32Go embarqués de base vous permettront d’être à l’aise au niveau contenu, que ce soit application, musiques, photos ou vidéos, et si par hasard vous vous retrouviez à l’étroit, le port MicroSD volera à votre secours vous permettant d’augmenter la capacité de 64Go supplémentaires au maximum !

Du coté de l’appareil photo, le Samsung Galaxy Note 3 se débrouille plutôt pas mal avec une qualité plus qu’acceptable même en basse lumière, en voici quelques exemples :

Journée ensoleillée aux jardins du Luxembourg :

Samsung Galaxy Note 3 Photo journée ensoleillée

 

Spectacle de Michael Gregorio :

Samsung Galaxy Note 3 Spectacle de Michael Gregorio

 

Soirée Samsung Launching People :

Samsung Galaxy Note 3 Launching People

Comme vous pouvez le constater, les photos sont de bonne qualité quelle que soit les conditions. Attention toutefois, il ne faut pas hésiter à jouer avec les modes et les réglages pour obtenir des clichés satisfaisant, malheureusement encore très loin en qualité d’un compact, d’un hybride ou qu’un réflex, mais ce n’est pas le même usage.

Un des plus gros points faibles de ce téléphone : c’est sa taille. Plus grand qu’un smartphone standard mais néanmoins plus petit qu’une phablette, le Samsung Galaxy Note 3 reste imposant et ne tient pas dans toutes les poches. Cette taille, bien que caractéristique de ce type de smarphone, est difficile à manier d’une seule main. Ayant l’habitude d’un smartphone de la taille d’un Galaxy S3 par exemple, j’ai manqué de faire tomber plusieurs fois mon Note 3 en voulant le manier d’une seule main.

Pour conclure, je dirais que ce smartphone est très bien conçu pour le secteur commercial qu’il vise avec des applications dédiées au stylet permettant de gagner en productivité lorsque l’on sait les exploiter correctement. Néanmoins, si vous cherchez un téléphone qui vous permet d’être nomade et qui ne vous gênera ni dans votre poche ni lors de l’utilisation à une main, passez votre chemin, vous serez déçu.

Sponsornot : Zéro collaboration

Read More

Ayant récemment reçu un Samsung Galaxy Note 3 dans le cadre du programme Samsung Reporter, il fallait impérativement que je le protège afin de le garder en bon état. J’ai décidé de tester une coque au choix parmi le catalogue de Mobilefun.fr et mon choix s’est orienté vers une coque Spigen « Neo Hybrid ».

Dès ouverture du colis, on voit tout de suite qu’il s’agit d’un produit haut de gamme. Emballage ultra soigné en plastique rigide, son ouverture confirme la première impression avec la présence d’un certificat d’authenticité ! 

 Coque Galaxy Note 3 Spigen : Emballage

Le certificat ne sert pas à enregistrer le produit auprès du fabricant, seulement à vérifier que le produit que nous avons entre les mains n’est pas une contrefaçon :

 Coque Galaxy Note 3 Spigen : Certificat d'authenticité

La coque Spigen « Neo Hybrid » est livrée en 2 parties à assembler. La première partie est le contour, constitué de polycarbonate et décliné en différentes couleurs (Champagne, Rouge, Blanc, Metal, Jaune et Argent), il est assez rigide et protégera sans aucun doute le téléphone en cas de chute involontaire. La seconde partie, le dos, est en TPU, un élastomère thermoplastique de polyuréthane, un plastique souple moulé qui rend la coque insensible aux changement de température, l’empêchant ainsi de se déformer sous l’effet de la chaleur.

L’arrière de la coque est d’un noir mat, peu sensible aux traces de doigts ou aux rayures et très agréable au touché. Il confère au téléphone une touche classe et sobre tout en le protégeant efficacement.

La mise en place de la coque sur le smartphone est aisée, s’ajustant parfaitement au téléphone. Les boutons et les trous correspondant aux différents connecteurs sont bien positionnés et ne gênent en rien le branchement de l’alimentation secteur ou des écouteurs, ou encore la sortie du stylet. De plus, la finesse de la partie arrière de la coque Spigen, dégageant bien l’objectif du téléphone, ne risquera pas de créer d’ombre ou d’effet bizarroïde sur les photos prises.

Coque Galaxy Note 3 Spigen : Emplacement de la connectique

Après une semaine d’utilisation, je dois dire que je suis très content de mon choix de coque. Pour environ 25€, vous aurez une coque qui n’alourdit et n’agrandit pas trop un Galaxy Note 3 déjà imposant tout en le protégeant parfaitement. Ayant déjà recommandé le produit à une collègue de boulot, je ne peux qu’en faire de même avec vous !

Sponsornot : Gratuit

Read More